Préparation mentale esport sport neuro-coaching boost performances

Qu’est-ce qui se passe aujourd’hui et ce qu’un psychologue peut vous apporter ?

Faisant face au nouveau Coronavirus, le monde se trouve dans une situation inédite. Pendant que le nombre de pays en confinement augmente, je me suis posé la question suivante : nous sommes maintenant confinés dans plusieurs pays, quelles conséquences sur nous ? Le confinement amène une situation imprévisible. Le futur est incertain, nos habitudes sont bousculées, nous perdons nos libertés et nous devons nous adapter à un nouveau mode de vie. Autant de bouleversements qui peuvent mettre notre vie psychologique à rude épreuve. Pour vous aider à comprendre, anticiper et combattre les effets néfastes de l’isolement, je vais vous proposer cet article et le podcast qui l’accompagnera bientôt (vous pouvez aussi me contacter, j’ai un dispositif à distance pour des séances de soutien). Pour pouvoir avoir le maximum de précisions possibles, je m’appuierai, notamment, sur les travaux de la Professeure Samantha Brooks et de son équipe (2020) du département de médecine psychologique de Londres. Pour éviter le désormais célèbre « ON VA TOUS MOURIR ! » de Jamel Debbouze et la parano qui va avec voyons réellement ce que peut provoquer cet enfermement prolongé.

Quelles sont les conséquences de la quarantaine et de l’isolement sur notre vie psychologique ?

Avant de se lancer dans la description des symptômes, sachez qu’ils apparaissent séparément, qu’ils sont variables en fonction des contextes, des personnalités et des moyens de les gérer. Nous pourrons donc avoir un symptôme comme plusieurs voire aucun. Voyons ensemble quels sont les symptômes que nous pourrions ressentir si le confinement durait longuement :

  • Changements émotionnels: stress accru, fatigue émotionnelle, anxiété, symptômes dépressifs, symptômes type stress post traumatique, peur, colère
  • Changements comportementaux: détachement envers les autres, irritabilité, insomnie, résignation, engourdissement, chagrin
  • Changements des capacités intellectuelles et cognitives: concentration limitée, dégradation des performances au travail

Maintenant quels sont les facteurs qui peuvent faire apparaître où aggraver les symptômes cités, c’est que Pr Brooks appelle les stresseurs :

  • La durée de la quarantaine : plus elle est longue plus les symptômes risquent apparaître ou de s’aggraver
  • La peur de l’infection : être infecté ou ne pas être infecté, telle est la question
  • La frustration et l’ennui : la réduction des liens sociaux et physiques, la perte de la routine, le manque d’occupations intérieures
  • L’approvisionnement : nous avons tous vu les rayons vidés et les queues au magasin avant même le confinement, les pénuries (même artificielles) sont anxiogènes
  • Les informations inadéquates : guidage insuffisant, flou dans les consignes, multiplications des voix discordantes des autorités vont influencer la perception de la menace
  • Les finances : la situation financière, pendant et après, est bien entendue une préoccupation majeure
  • Les conséquences du jour d’après : l’inconnu de la situation personnelle, familiale, professionnelle voire (inter)nationale peut provoquer un stress supplémentaire

Heureusement il existe des solutions pour éviter de subir toutes ces problématiques ou en tous cas de réduire l’impact du confinement sur notre cerveau. Nous allons voir ça dans le dernier paragraphe.

7 astuces pour gérer le confinement en mode positif !

Pour ce qui est des pouvoirs publics, plusieurs éléments sont en lien avec les stresseurs : raccourcir la quarantaine le plus possible, amoindrir les conséquences néfastes sur notre cerveau. C’est donc un vrai dilemme qui se présente. Faire durer suffisamment le confinement pour éviter la propagation du virus mais la limitée dans le temps pour éviter les risques psychologiques, c’est un sacré défi. Il faudra aussi donner des informations claires, régulières et cohérentes, assurer l’approvisionnement des ressources et prendre soin en particulier des professionnels de santé. Pour ces derniers, l’investissement, les heures de travail, les risques qu’ils prennent doivent être considérés, valorisés et encouragés par toutes les strates de la société. L’exemple des applaudissements en Espagne et en France en sont des illustrations mais il faut que toute la hiérarchie hospitalière et administrative s’y mette aussi. Rien n’est plus efficace que le soutien inconditionnel de sa hiérarchie et de ses collaborateurs en ces temps difficiles.

Pour les particuliers, 7 astuces pour éviter l’ennui et l’arrivée des symptômes les plus éprouvants :

  • Soyez créatif : construisez, faites du bricolage, des arts plastiques, écrivez, composez, … en bref, faites marcher votre imagination, elle seule n’a aucune limite !
  • Apprenez de nouvelles choses : s’épanouir par l’apprentissage est l’un des meilleurs moyens pour sortir de l’intérieur (langues, instrument de musique, programmation informatique, …), apprenez à parler avec vos proches différemment, à organiser autrement les journées, à comprend ses propres émotions et comment les gérer, …
  • Construisez-vous une mini-routine sportive : pour éviter le côté passif, construire ou renforcer ses compétences physiques
  • Faites régulièrement des exercices de relaxation: cohérence cardiaque ou méditation de pleine conscience par exemple. Cela permet de maintenir un niveau de stress et d’émotions négatives au plus bas.
  • Sortez… de votre zone de confort : essayez de nouvelles activités, faites les choses que vous avez toujours voulu faire sans en avoir le temps
  • Entretenez votre réseau social à distance : maillon essentiel de la chaîne du bien-être, vous pouvez maintenant la cultiver avec les moyens de communication modernes
  • Cultivez votre jardin et votre positivité : si vous en avez un vrai, le jardinage est vivement conseillé. Votre jardin interne lui a besoin d’émotions positives pour s’épanouir. Provoquez-les, regardez des sketchs, complimentez / valorisez vos proches, soyez altruiste et généreux

J’espère que cet article vous sera utile durant les prochaines semaines. Pour ceux qui ont envie d’aider la science à avancer dans le domaine et pour avoir des informations encore plus précises sur le confinement, je suis en train de construire une étude sur le sujet. Si vous souhaitez l’intégrer vous pouvez me contacter ici et je vous expliquerai le tout (en gros répondre à des questionnaires régulièrement tout au long du confinement).

Si vous avez trouvé cet article intéressant ou utile, pensez à le partager sur les réseaux sociaux.

A bientôt pour un nouvel article, bien cordialement.

Julien VION.

 

Brooks, S.K., Webster, R.K., Smith, L.E., Woodland, L., Wessely, S., Greenberg, N., Rubin, G.J. (2020). The psychological impact of quarantine and how to reduce it : rapid review of the evidence. Lancet, 395, P 912-920.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *