Préparation mentale esport sport neuro-coaching boost performances

La mémoire fonctionne t-elle comme un muscle ?

Deuxième article de la série des stagiaires 2022, avec cette fois-ci, Flavie Monnerie qui nous propose un thème autour de la mémoire. Le mois de mars a été marqué par la semaine du cerveau. Organisée chaque année depuis 1999, cette manifestation a pour but de sensibiliser le grand public à l’importance de la recherche sur le cerveau. C’est l’occasion pour de nombreux chercheurs et chercheuses de présenter les enjeux des neurosciences. Ici, nous allons nous appuyer sur la conférence de Sébastien Martinez, champion de France de la mémoire et du Professeur Philippe Amouyel, Directeur Général de la Fondation Alzheimer.

“J’ai vraiment aucune mémoire”… Vous pensez souvent en disant ou en entendant cette phrase que vous vous trouvez dans une situation figée, que vous n’avez pas de mémoire mais que de toute façon “c’est pas donné à tout le monde”. Vous vous trompez. Tout le monde a des capacités, c’est juste qu’elles ne sont pas souvent exploitées à leur plein potentiel ! Pour commencer, savez-vous ce qu’est la mémoire ? C’est une capacité cognitive (dépendante du cerveau) qui se déploie grâce à des cellules appelées neurones. Ces neurones sont présents dès la naissance, entre 80 et 100 milliards ! Le problème c’est, qu’à cet âge là, très peu sont connectés entre eux et leur maturité est loin d’être complète. Dites vous que chaque neurone a une moyenne de 10 000 connexions (entre 1 et 100000) et ça peut atteindre 1 million de milliard de connexions pour tout notre cerveau ! Passé 25 ans, le cerveau est mature mais comme le corps pour être efficace il doit s’entretenir. C’est le nombre de connexions qui permettent de mieux faire fonctionner votre mémoire, plus vous allez vous entraîner, plus nombreuses elles seront.

Quels sont les différents types de mémoires et maladies ?

Avant de parler des mémoires en tant que telles, il est important de préciser que l’un des points cruciaux pour mémoriser c’est d’être attentif. Pour faire simple, il y a plusieurs types d’attentions mobilisables dans notre cerveau : l’attention focalisée (capacité à se focus sur une personne en soirée bruyante), l’attention divisée (capacité à alterner rapidement entre deux ou plusieurs tâches) et l’attention soutenue (capacité à maintenir son attention sur le long terme). Avant de vouloir bien mémoriser, il faut s’assurer d’être à son attention focalisée maximale et de pouvoir maintenir le plus longtemps possible son attention soutenue. Nous en reparlerons dans un autre article. Pour en revenir à celui-ci, il existe plusieurs types de mémoires :

– La mémoire de nos souvenirs appelée mémoire épisodique ou autobiographique, elle est dédiée aux souvenirs précis des événements passés, personnels ou pas. Par exemple : le jour de votre mariage.

– La mémoire sémantique, elle concerne la connaissance du monde en général, elle inclut le sens des mots. Par exemple, savoir qu’une table s’appelle une table et qu’elle sert à poser des choses dessus. C’est là que se situe notre culture générale.

– La mémoire de travail, qui nous sert à tous les instants car c’est la capacité de retenir des informations à court terme pour réaliser des opérations cognitives (mentales) comme taper un numéro de téléphone ou effectuer un calcul mental.

– La mémoire procédurale, elle agit sur le long terme. Elle permet une automatisation des procédures comme le déroulé d’une soirée au restaurant,  la motricité automatique de la dégustation d’un plat ou encore la conduite automobile.

– La mémoire perceptive nous permet d’interpréter et de stocker les informations perçues grâce à nos cinq sens. Par exemple, lorsque la sonnerie sonne durant la classe, vous savez que c’est la fin du cours.

Cette superbe machine peut parfois être perturbée par des pathologies qui vont détruire les zones cérébrales en lien avec les mémoires comme les AVC, les traumatismes crâniens et bien entendu les maladies neurodégénératives comme Alzheimer ou la dégénérescence fronto-temporale. Pour pouvoir protéger vos mémoires, il va être important de les stimuler tout au long de votre vie. Mais comment faire ? 

10 conseils pour travailler votre mémoire

Travailler votre mémoire va vous permettre d’enrichir votre capital cerveau en créant plus de connexions entre vos neurones. Ces connexions sont l’essence même du développement de la mémoire. Ainsi nous pouvons vous donner 10 conseils pour travailler votre mémoire simplement : 

– Éteindre la télévision et lire ou diversifier les activités plus souvent

– Pratiquer une activité physique régulière et modérée : marcher tous les jours, par exemple

– Rester attentif à son alimentation, varier les plats, boire beaucoup car le cerveau se déshydrate

– Limiter sa prise de poids pour éviter le rétrécissement des artères et faire un bilan cardio-vasculaire régulier

– Prendre soin de votre audition car une bonne audition protège votre cerveau 

– Entretenir des relations sociales, voyez vos amis et soyez optimiste (retrouvez des conseils bonheur dans cet article ici)

– Réguler son sommeil  : le cerveau se nettoie, récupère et solidifie les souvenirs à ce moment-là

– Être le plus créatif possible : activités artistiques ou de bricolage c’est le feu au boulot c’est encore mieux !

– D’une manière plus ludique vous pouvez travailler votre mémoire par le jeu (jeux de société, jeux vidéo, jeux de rôle,…)

Gérer votre stress et vos émotions activement avec des techniques comme la cohérence cardiaque ou la méditation de pleine conscience pour limiter l’impact nocif du cortisol sur le cerveau

Cette liste n’est pas exhaustive, travailler sa mémoire passe par de petites choses au quotidien mais cela peut vous permettre de protéger votre cerveau de certaines maladies lorsqu’il vieillit ! Prenez soin de votre cerveau, il vous le rendra.

J’espère que cet article vous aura intéressé, si c’est le cas vous pouvez féliciter Flavie Monnerie pour son travail et le partager sur les réseaux sociaux !

A bientôt pour un nouvel article.

Bien cérébralement,

Flavie Monnerie

Julien VION

Webinaire Sebastien Martinez et du Pr Philippe Amouyel : ici

Version Podcast ici !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.