Préparation mentale esport sport neuro-coaching boost performances

Après 2 ans de pandémie et de distanciation sociale, l’intérêt de parler du contact humain ?

Avant de parler du sujet qui nous intéresse, voici le projet qu’il y a derrière. Nous avions ces derniers temps des stagiaires chez Neuropro Consulting. Pour leur permettre de développer leurs talents nous leur avons demandé des productions que nous pourrions mettre en avant. En voici un exemple avec les 2 prochains articles qui ont été créés par nos stagiaires et révisés par votre serviteur pour la cohérence globale. Etant donné la spécialité de Neuropro Consulting, il fallait trouver un support intéressant. La semaine du cerveau qui a eu lieu du 14 au 20 mars dernier arrivait pile poil. Sara Chaqui, l’autrice de cet article a décidé de partir sur une intervention sur le Dr Marcel Crest, Directeur de recherche émérite au CNRS de Marseille. Il nous parle du sens du toucher et de ses liens avec les neurosciences.

Cette intervention est très pertinente lorsque nous nous focalisons sur notre présent. En effet, les évènements liés à la pandémie, la distanciation sociale a réduit drastiquement le nombre de contacts physiques échangés. Pourquoi cela pose-t-il problème ? Pour le comprendre, il faut remonter aux temps anciens dans la médecine traditionnelle en Inde ou en Chine. Les massages et leurs vertus de bien-être et d’équilibre du corps et de l’esprit sont massivement utilisés au sein de ces cultures. Dès les premiers écrits de la médecine traditionnelle chinoise, on retrouve des références aux massages et à l’acupuncture. De plus en plus, les études tentent un rapprochement entre la vision chinoise et la vision neurobiologique de l’acupuncture. En effet, selon les 2 parties, l’insertion d’aiguilles d’acupuncture aurait un effet thérapeutique.

Pour aborder le sujet d’un point de vue de la psychologie, le toucher a un rôle crucial dans notre développement. Le toucher est le premier sens qui est mature à la naissance de l’enfant. C’est pour cela que les nouveaux nés ont tendance à toucher un maximum d’objets qui leur passent sous la main et à vouloir agripper les doigts des adultes. Il y a tout un langage à travers ce contact cutané. Le toucher est aussi le dernier sens à s’émousser et c’est pour cela que les personnes âgées ont besoin d’affection par le biais de câlins et caresses. Ce sens a donc un rôle affectif puisqu’il apporte du bien-être et renforce les liens sociaux. Certains auteurs ont constaté l’importance du contact entre un enfant et ses parents pour l’aider à établir des relations sociales. John Bowlby* et Frans Veldman** ont écrit sur l’importance de contact affectif et sur l’attachement à travers le contact cutané. Frans Veldman est l’initiateur de ce qu’on appelle l’haptonomie, concept qui consiste à entrer en relation par le toucher. Il a développé dans son ouvrage, l’importance du contact affectif pour faciliter le développement psychique d’un enfant.

Le contact, la peau et le toucher : comment ça fonctionne ou dysfonctionne ?

La neurobiologie du toucher va étudier ce que nous ressentons grâce à la peau et comment cela fonctionne. La peau est très sensible et peut ressentir différents types de sensations : la température, le toucher précis, les caresses ou encore la douleur mécanique. Le processus de la perception tactile se déroule grâce aux récepteurs cutanés qui transforment la pression sur la peau en un influx nerveux. Ensuite, l’influx nerveux remonte jusque dans la moelle épinière, où il est traité, puis il poursuit sa route jusqu’au cerveau. C’est là que la perception reconstruit la réalité sensorielle. Le toucher correspond à 3 fonctions. On retrouve le toucher haptique, avec la main, ce qui correspond à la dextérité, à la manipulation des objets et à la reconnaissance. Cela correspond aussi à la plante des pieds et à ce qui s’y rapporte : la posture, l’équilibre et l’adaptation du mouvement.

On a aussi le toucher affectif, avec le plaisir, les caresses, qui sont indispensables au développement affectif et à l’équilibre social des individus. Ce toucher affectif intervient aussi dans les réactions de rejet, de défense et de protection.

Pour finir, on connaît aussi le toucher douloureux, qui se rapporte aux douleurs mécaniques chroniques, inflammatoires et neuropathiques qui sont des symptômes à traiter.

Certains individus peuvent être atteints de maladies qui altèrent leur sens du toucher. Plusieurs maladies du toucher existent :

  • l’hypoesthésie : c’est une réduction de la sensibilité dûe au vieillissement, à l’altération des fibres nerveuses ou à d’autres pathologies (diabète, AVC…)
  • l’allodynie : ce sont des douleurs permanentes liées par exemple à une inflammation après une blessure ou après certaines piqûres d’insectes
  • l’astéréognosie : cette maladie correspond à la difficulté de reconnaître un objet. C’est un trouble cérébral qui est souvent associé à d’autres pathologies (AVC, vieillissement…)
  • la paresthésie : ce sont des fourmillements et picotements liés à des compressions nerveuses ou des piqûres d’insectes par exemple
  • les troubles de la posture : quand la personne a des difficultés à s’équilibrer les yeux fermés. Ce trouble est lié à la réduction du nombre de récepteurs tactiles : vieillissement, diabète…

Comment recréer du lien physique : de la thérapie à la vie quotidienne ?

Le massage thérapeutique est de plus en plus reconnu. C’est une thérapie que vous pouvez explorer dans l’article de Rodgers et al. (2015) mis en avant dans la vidéo que vous retrouverez en bas de page. La psychologue Tiffany Field a écrit un livre*** sur ce thème et a appliqué ses méthodes. Grâce à elles, les scientifiques ont remarqué que les enfants prématurés prenaient du poids, étaient moins agités et pleuraient moins et que leur température se stabilisait avec les massages. Au niveau de l’anxiété et de la dépression, cette méthode permettait de réduire le cortisol et d’augmenter la sérotonine et la dopamine, qui sont parmi les hormones du bonheur. Le massage thérapeutique agit à différents niveaux : au niveau neurologique, il active le système immunitaire, libère de la sérotonine et active le système du bien être ; au niveau musculaire et articulaire, le massage thérapeutique active la circulation sanguine et le drainage lymphatique et contribue à l’apport de médiateurs anti-inflammatoires ; au niveau viscéral, on retrouve la libération de médiateurs qui facilite le transit intestinal.

Pour la vie quotidienne, trois conseils de Julien pour profiter pleinement de ce sens si important :

  • Câlinez-vous : amicalement, familialement, en couple et en solo. Plus vous vous câlinerez régulièrement, plus vous bénéficierez des bienfaits décrits au-dessus.
  • Lors de vos activités, connectez vous avec votre peau, profitez des différents types de textures, de formes, de poids ou de taille. Cela peut correspondre avec un exercice de méditation de pleine conscience ou simplement à une stimulation cognitive positive.
  • Lorsque vous avez des émotions et / ou des douleurs, apprenez à vous focaliser sur l’intérieur, les sensations, les différences entre les parties du corps, développez votre interception. C’est une technique qui permet de mieux se connaître en associant émotion / sensation. Elle permet aussi, pour les douloureux chroniques, d’apprendre à se focaliser progressivement sur autre chose que la douleur.

Si cet article vous a intéressé, vous pouvez féliciter Sara Chaqui et bien entendu le partager sur les réseaux sociaux.

A bientôt pour un nouvel article,

Bien cérébralement,

Sara Chaqui

Julien VION

MOOC 2022 du Dr Marcel Crest, Directeur de recherche émérite au CNRS de Marseille : Soigner par le toucher, des médecines traditionnelles à la neurobiologie tactile. Source ici

*Bowlby, J. (2002). Attachement et perte : Volume 1 l’attachement. PUF.

**Veldman, F. (2007). Haptonomie. Science de l’affectivité. PUF.

*** Field, T. (2006). Massage therapy research. Churchill Livingston.

The last comment needs to be approved.
0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Version Podcast ici !