Préparation mentale esport sport neuro-coaching boost performances

Le stress et les performances à l’oral : pourquoi le trac et d’où vient-il ?

Toutes les personnes qui ont un jour eu à faire à un public, une audience ou un jury l’ont déjà ressenti ce stress. Cela commence dès l’enfance via les exposés en classe, les oraux pour les examens et enfin chez les adultes via les entretiens d’embauches et présentations professionnelles.  Comment est-ce possible que certains semblent continuellement à l’aise et d’autres totalement paralysés ? Plusieurs raisons qui vont avoir une base dans l’enfance et l’adolescence. Le stress à l’oral va être conditionné par l’aisance de l’enfant à manipuler les mots. Plus les parents et les proches stimulent l’enfant avec des niveaux de langage différents (lecture, écriture, jeux de mots, discours, débats, chant, …) plus l’enfant est à l’aise. Cela permet de développer le vocabulaire mais aussi les tournures de phrases, d’intégrer les expressions, la prosodie et les schémas d’interaction avec les autres. En cela, faire réciter des poésies par cœur les unes à la suite des autres (vu en 2020 à l’école primaire…) n’est pas adapté pour développer l’aisance à l’oral. L’enfant se concentre sur son par cœur pour ne pas faire de faute au lieu de travailler sur son aisance orale. Mieux vaut raconter un texte sous les yeux pour être à l’aise à l’oral. Le stress va aussi dépendre des capacités à gérer ses émotions. Si l’enfant à des méthodes pour diminuer son stress avant ses présentations il sera plus à l’aise. Par exemple, de nombreux programmes de méditation de pleine conscience dans les écoles* ont montrés une amélioration au niveau :

  • Comportement : diminution de l’impulsivité et du nombre de conflits, relations sociales
  • Émotions : régulation de ses émotions, conscience de soi, diminution du stress / anxiété / dépression
  • Capacités cognitives / intellectuelles : attentions, fonctions exécutives (planification, inhibition, flexibilité mentale, …)

Dernier élément en lien avec les émotions, ce sont les expériences en classe. Si les expériences déplaisantes, honteuses, malaisantes pour l’enfant/adolescent/adulte sont trop nombreuses, alors il associe l’oral à une expérience négative. Ces souvenirs peuvent venir le hanter toute sa vie s’il ne travaille pas de dessus. Heureusement, nous pouvons développer nos capacités même à l’âge adulte ! Voyons comment dans le paragraphe suivant.

Préparation, storytelling et théâtre dans la prestation : Ôral… Ô désespoir, Ô stress ennemi !

Il était une fois, un salarié d’une entreprise qui devait faire la présentation d’un projet qu’il a mis 6 mois à construire. Il connaissait son projet sur le bout des doigts et savait quels bienfaits il aurait sur son service. Mais, une fois face aux décideurs, il stressa, ses mains furent moites, il eut le cœur qui palpitait dans la poitrine.

La réunion se déroula et ce fut enfin à lui, il avait la bouche sèche, il s’éclaircît la gorge et commença son exposé de travers. Il balbutia, se trompa sur les mots qu’il employa et vit les regards en face de lui se noircir. Son ton était rapide et monocorde et il voulait en finir au plus vite. Son projet fut refusé.

Pourquoi ? Parce que sa préparation de fond était faite mais pas celle de son oral. Pour être efficace quand on présente une idée, un projet ou qu’on défend un point de vue, il faut une préparation spéciale. Deux exemples à intégrer à la préparation : le storytelling et la préparation théâtrale. Commençons par le storytelling. Il s’agit de raconter une histoire plutôt que d’enchaîner les faits, les chiffres ou les constatations. Notre vie entière est basée sur des scénarii. Si nous mettons nos données sous cette forme, le cerveau des personnes en face sera plus réceptif au format (amélioration de la mémorisation, de l’attention et de l’intérêt via l’émotion et le sens de l’histoire). Donc, préparer une bonne anecdote pour commencer la présentation ou la parsemer d’histoires, avec une pointe d’humour**, permet tout cela mais va aussi permettre de faire vivre ces histoires par la théâtralisation. Pour intéresser, donner envie, faire adhérer les interlocuteurs rien de mieux que de jouer. Les acteurs peuvent nous faire tenir des heures sur des sujets a priori peu entraînant (ex : une dispute de couple) grâce au scénario et à leur jeu. Pour réussir une présentation, il va donc être important de la vivre, de faire des répétitions avec des collègues, proches ou professionnels du coaching pour s’entrainer. Ecouter leurs retours, se filmer*** et / ou s’équiper de dispositifs informatisés qui peuvent donner des feedback directs**** permettent de progresser.

Les astuces pour éviter la catastrophe à l’oral le jour J ?

Pour conclure l’article quelques tips pour essayer de limiter la casse le grand jour :

  • Avant le passage, utiliser une technique de relaxation type cohérence cardiaque (ralentir sa respiration, 10 secondes pour inspirer + expirer)
  • Être ouvert dans l’attitude physique et souriant
  • Se connecter et transmettre votre conviction / passion
  • Être attentif à votre débit pour le réduire si besoin
  • Poser des questions aux interlocuteurs ou reformuler votre propos en cas de blanc / blocage
  • Penser aux silences pour marquer les éléments importants et les transitions

Ces astuces sont efficaces mais elles le seront encore plus si vous vous entraînez. Neuropro Consulting propose un neuro-coaching personnalisé pour les préparation aux examens, oraux du bac ou des grandes écoles ainsi que pour vos entretiens d’embauches ou vos présentations importantes. Retrouvez-nous sur Le Mans et chez vous à Paris, Rennes, Angers, Tours (neurocoaching). Intéressé ? Vous pouvez nous contacter via les coordonnées de cette page.

Si vous avez aimé cet article dites le moi dans les commentaires et partagez le sur les réseaux sociaux.

A bientôt pour un nouvel article, bien cordialement.

Julien VION.

* Perry-Parrish, C., Copeland-Linder, N., Webb, L., Sibinga, E.M.S. (2016). Mindfulness-bases approaches for children and Youth. Current problems in pediatric and adolescent health care, 46, 172-178.

** Xu, Z. (2016). Laughing matters : humor stratégies in public speaking. Asian social science, 12(1), 117-128.

*** Gobeil-Proux, J, Hamel, C., Viau-Guay, A. (2018). Apprendre en s’observant sur vidéo : une revue systématique de littérature. Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur, 34(1), 1-23.

**** Trinh, H., Asadi, R., Edge, D., Bickmore, T.W. (2017). RoboCOP: A Robotic Coach for Oral Presentations. PACM Interact. Mob. Wearable Ubiquitous Technology, 1(2), Article 1.

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *